Google et la voiture automatique

nissan-voiture-sans-conducteur

a voiture automatique du géant californien, la Google Car électrique sans volant ni pédales, est actuellement en phase de test, pour un lancement prévu dans moins de deux ans.

Une voiture complètement automatique construite par Google

Dévoilée il y a quelques jours sur le blog de Google, cette voiture automatique est un nouveau prototype de voiture autonome. Sans pédales ni volant, il n’y a donc aucune possibilité d’agir manuellement.

Dans la vidéo ci-dessous, on voit donc qu’il y a un bouton Start/Stop au niveau de la console centrale, mais rien ne nous permet encore de déterminer comment la voiture effectuera son futur parcours.

Une voiture autonome, la priorité des personnes à mobilité réduite

Comme il est possible de le voir dans la vidéo, les personnes âgées, à mobilité réduite ou même les personnes n’ayant pas le permis sont les premières visées par le programme de voiture automatique de Google.

En effet, plus qu’un service comme peut l’être Autolib à Paris, la Google Car a vocation à être un véritable produit de substitution à la voiture traditionnelle, capable de prendre la route à votre place sans besoin d’avoir le permis.

Une technologie de voiture autonome presque finie

Après avoir largement modifié des voitures traditionnelles à essence (Lexus RX450h, Toyota Prius) pour remplacer les organes de direction, Google a donc créé de toutes pièces une voiture électrique permettant une meilleure intégration de ces éléments, et une compacité améliorée (la dernière Google Car étant une 2 places).

Limitée pour l’instant à 40km/h, cette Google Car se dirige seule, se gare automatiquement, et peut même être appelée à distance grâce à un Smartphone.

L’avenir d’un tel véhicule est donc pour l’instant en suspens : voiture personnelle pour personnes à mobilité réduite, libre-service pour se rendre dans des endroits inaccessibles en transports en commun, ou les deux?

Le géant californien a déjà pour habitude d’envoyer des bus pour aller chercher ses employés au bureau le matin, et dispose sur ses parkings de nombreux emplacements de recharge pour les voitures électriques (des Nissan Leaf et quelques Toyota Prius « plug-in » pour la plupart). De quoi privatiser les transports publics dans quelques années?